dimanche 21 juin 2015

Ours

Ours, s. m Imprimeur ou pressier. Ce Séchard était un ancien compagnon pressier que dans leur argot typographique, les ouvriers chargés d'assembler les lettres appellent un ours. (Balzac) Cette expression a vieilli. V. Singe



Ours s. m. Bavardage ennuyeux.
Poser un ours, ennuyer par son bavardage insipide. Se dit d'un compagnon peu disposé au travail, qui vient en déranger un autre sans que celui-ci puisse s'en débarrasser. Une barbe commençante se manifeste souvent de cette manière. Ce mot est récent dans ce sens.

Eugène Boutmy — Dictionnaire de l'argot des typographes, 1883

(Index)

2 commentaires:

  1. C'est du reste en dérivant, assez largement, de ce terme que l'encadré où sont recensés tous ceux qui ont participé à la réalisation d'un périodique (quotidien, hebdomadaire, mensuel...) a pris le nom d'ours.
    Et cela m'amuse toujours autant d'être "dans l'ours"...

    Otto Naumme

    RépondreSupprimer
  2. Je me suis d'ailleurs laissé dire qu'il vous arrivait de le faire vous-même, cher Otto…

    RépondreSupprimer